Si vous n’avez pas l’intention de créer un blog (mais je vous le conseille pour au moins 10 bonnes raisons…), vous pouvez vous consacrer exclusivement aux médias sociaux et transcrire les mises à jour à publier en début de semaine.

C’est ce que nous faisons pour nos clients : Sur un fichier Excel Google Drive, nous notons les messages quotidiens d’une semaine à l’autre, afin que le client puisse les consulter et les modifier si nécessaire.

Ici aussi, on ne va jamais trop loin dans le temps : Une ou deux semaines après la compilation du fichier excel suffisent amplement.

Si donc, en plus du social, vous préparez le plan éditorial d’un blog ou d’une rubrique d’actualité, vous devez retrousser vos manches et penser à au moins 3-4 titres valables chaque mois.

En fait, c’est la moyenne minimale pour faire vivre un blog et générer un trafic suffisant.

Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’outils, tout ce que vous devez savoir, c’est le choix des mots clés, ou plutôt les mots clés à utiliser.

Ce qui détermine le succès d’un plan éditorial

Le succès d’un plan de communication efficace ne dépend évidemment pas uniquement des mots-clés (un thème déjà abordé dans Les règles de la rédaction web et dans Comment optimiser un texte pour le web).

Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte.

La convivialité du site où le contenu sera publié.

L’intérêt générique pour ce sujet.

L’existence d’autres entrées qui pourraient éclipser la vôtre. Sans oublier la chance, qui récompense parfois des blogs et des sites web de peu de valeur.

Surtout, personne ne peut vous dire à l’avance si votre plan de communication fonctionnera ou non.

C’est ainsi que je vois les choses, il faut se concentrer davantage sur la recherche de bons sujets et leur documentation.

Vous devez devenir de véritables experts, sinon personne ne perdra son temps à vous lire.

En réalité, le plan éditorial n’est essentiel que pour les grands portails qui publient des dizaines et des dizaines (voire des centaines) d’articles par mois.

Dans tous les autres cas, il est superflu de se préoccuper du plan éditorial.

Cela peut être utile, mais ce n’est pas du tout essentiel.