Quelques conseils avant d’acheter un bien immobilier, doivent être suivis de près afin d’éviter des malentendus entre les deux parties. Ces précautions peuvent concerner les travaux de copropriété, le libellé de l’offre, la signature du compromis de vente, les règles de l’urbanisme, les clauses de conciliation ; et encore d’autres.

Les travaux dans la copropriété

Avant d’acheter un bien immobilier, pensez tout d’abord  à consulter les procès-verbaux d’assemblée générale auxquels vous avez accès et vérifiez si des travaux dans la copropriété ont été votés. Les règles en matière de travaux sont très simples : celui qui est le copropriétaire au moment de l’appel de fonds doit payer le montant des travaux.  Le vendeur sera donc redevable des appels de fonds qui auront lieu avant la vente, et vous devrez  prendre en charge ceux qui auront lieu après la vente. Cependant, il vous est tout à fait possible d’aménager cette répartition autrement avec le vendeur, tout est question de négociation, et si vous vous accordez autrement, pensez à demander l’ajout d’une clause dans le compromis de vente qui scellera cet accord.

Le libellé de l’offre d’achat et la signature du compromis de vente

Vous devez faire une offre d’achat au vendeur, si votre offre est acceptée sans condition par celui-ci, la vente sera scellée. Si votre achat est tributaire de certaines conditions suspensives telles l’obtention d’un prêt bancaire, faites inclure ces conditions dans l’offre d’achat car elles vous couvriront. La signature du compromis de vente est la première étape décisive de votre démarche d’achat. En signant ce compromis, le vendeur s’engage à vous vendre son bien, et vous vous engagez à le lui acheter si toutes les conditions sont réunies. En effet, si acheter un bien immobilier, dépend d’un emprunt auprès de la banque et que celle-ci vous accorde un prêt, vous ne pourrez plus revenir sur votre décision d’acheter.

Autre conseil avant d’acheter un bien immobilier : la clause de conciliation

Certains compromis de vente disposent d’une clause de conciliation, qui permet d’éviter un procès si vous vous retrouvez dans une situation conflictuelle avec le vendeur. Cette clause vous impose une tentative de conciliation si un contentieux intervenait. Ainsi, une solution serait négociée sous la médiation d’un conciliateur. C’est seulement si cette tentative de conciliation échouait que vous pourriez avoir recours à l’institution judiciaire. Pour les règles d’urbanisme, voir auprès de la mairie, pour les rénovations que vous souhaitez faire.