Alors, à quoi ça sert un agent immobilier ? Le premier rôle d’un agent immobilier titulaire d’un mandat est de vendre un bien, à son juste prix juste, qui en va de la crédibilité et du professionnalisme des agents immobiliers ; car non réaliste, ça risque de polluer le marché.

Evaluer la valeur d’un bien immobilier

En matière de prix, le réseau d’agences immobilières Guy Hoquet se propose de les garantir. Avec le service « prix de vente garanti », les agences de l’enseigne s’engagent à vendre un bien à un prix au moins égal à celui de leur estimation. Si ce n’est pas le cas, le client ne payera pas les honoraires. Autre garantie proposée : trouver un acquéreur dans un délai maximum de 90 jours. Sinon le client bénéficiera d’une remise sur honoraires de 20 % par mois supplémentaire, pouvant aller jusqu’à 100 %. Mais comment trouver la vraie valeur d’un bien immobilier ? Le professionnel de l’immobilier doit prouver la valeur qu’il donne au bien, à partir d’une « analyse comparative de marché ».

Mandat de l’agent immobilier

Entre l’agence immobilière et ses clients, le mandat écrit et signé, est obligatoire. En son absence, toute transaction est frappée de nullité. Ce mandat a pour but d’indiquer à la fois l’objet de la transaction et le montant de la rémunération ou de la commission qui sera perçue. Chaque mandat fait l’objet d’un enregistrement (numérotation) et d’une inscription dans un registre. La validité d’un mandat est en général de trois mois. Il existe deux formes de mandats : le mandat simple et le mandat exclusif. Le mandat simple permet au mandant de confier la transaction à différents professionnels et l’autorise, s’il le souhaite, à procéder lui-même à la recherche d’un acquéreur. Le mandat exclusif consiste à ne confier l’affaire qu’à un seul agent immobilier qui en détient l’exclusivité. Le mandant ne peut dans ce cas négocier directement avec un tiers.

Obligation de conseil

L’agent immobilier est tenu à un devoir de conseil dans l’établissement du prix du bien mis en vente ou en location. Il a l’obligation de vérifier l’exactitude des renseignements fournis par son mandant (surface du bien par exemple). Il doit aussi informer le client potentiel des vices apparents qui affectent le bien (fissures graves, insectes, plomb…), mais il ne peut être tenu responsables de vices cachés, dans l’ignorance desquels son mandant l’a laissé volontairement ou non.